Plaquette de saison 2017-2018
Inscription à la newsletter
My Email Form


la saison

la dispute

La Dispute est une pièce à part dans l’œuvre de Marivaux. Elle traite de l’infini du désir et du plaisir, confronté aux limites et aux règles imposées par la vie en société. Elle inscrit la chair dans un débat d’idées.
La Dispute entre le Prince et Hermiane porte sur qui, de l’homme ou de la femme, a le premier donné l’exemple de l’inconstance et de l’infidélité en amour. Mais cette dispute est surtout prétexte à une leçon d’histoire naturelle sur cobayes humains : quatre jeunes hommes et femmes élevés depuis leur naissance dans l’isolement et hors du monde vont se rencon- trer pour la première fois. Ils feront sous leurs yeux (et les nôtres) l’apprentissage de l’altérité, du désir, de la jalousie, de la détestation.

Ce spectacle très curieux est donc une représentation de l’origine du monde, de l’innocence et de sa perte, vue à travers le prisme d’un auteur du XVIIIe siècle et qui s’inscrira nécessairement dans notre propre réalité, à l’aube du XXIe siècle.

Le langage est bien sûr le premier vecteur de communication entre ces « sauvageons » et le monde « civilisé ». Mais en plus de leur apprendre notre langue, leurs tuteurs, choisis noirs « afin que leurs élèves fussent plus étonnés quand ils verraient d’autres hommes » prendront bien soin au fil de l’expérience de leur inculquer que l’un est l’homme et l’autre la femme, et que par conséquent leur destination naturelle est d’être charmés l’un de l’autre.

La détermination culturelle, raciale et sexuelle imprègne donc rapidement la nature de ces jeunes ingénus et vient inévitablement fausser le résultat de l’expérimentation.

La Dispute ausculte impitoyablement ce fameux passage de l’enfance à l’âge adulte au cours duquel l’infini des possibles se resserre en un faisceau de comportements induits, plus ou moins consciemment, par le monde dans lequel il nous faut vivre.

Avec le sérieux et la légèreté des enfants quand ils jouent, les comédiens nous entraîneront dans une fête des sens, lumineuse et cruelle – belle comme une blessure.

Jacques Vincey

de Marivaux
mise en scène Jacques Vincey

dramaturgie Vanasay Khamphommala
avec les comédiens du JTRC
Quentin Bardou, Miglé Bereikaité, Clément Bertonneau, Jeanne Bonenfant, Théophile Dubus, Delphine Meilland
scénographie Mathieu Lorry-Dupuy
lumières Marie-Christine Soma
costumes Virginie Gervaise
musique et son Frédéric Minière

production Centre dramatique régional de Tours – Théâtre Olympia
avec le soutien du dispositif Jeune Théâtre en Région Centre – Val de Loire

Poitiers
Centre d’Animation
de Beaulieu
(10 boulevard Savari)

novembre 2016
lun 7 › 14h collèges
mar 8 › 14h collèges
mer 9 › 10h collèges
mer 9 › 19h30 tout public
Jeu 10 › 14h collèges

ce spectacle est présenté dans le cadre de Collèges au spectacle

Articles associés


Portfolio